Puzzles & casse-tête en bois gratuits à fabriquer, construire soi-même

Puzzles & casse-tête en bois gratuits à fabriquer, construire soi-même

La croix de Nob yoshigahara

C'est une croix à deux branches qu'il faut séparer.
Elles sont solidarisées par des masselottes qu'on entends bouger à chaque mouvement, mais extérieurement rien n'est visible.


 


 

Il vient assez vite à l'esprit qu'il faut utiliser la force centrifuge pour écarter simultanément ces masselottes, mais l'inventeur à l'esprit diabolique a prévu cette tentative: après une rotation il reste impossible de séparer les branches.

 

L'utilisation de la gravité et de masselottes supplémentaires cachées impose un retournement plus une deuxième rotation pour libérer les deux branches de cette croix. Car si l'une des branches ouvre l'enclenchement après la première rotation la seconde est restée fermée en raison de la chute de billes ou masselottes qui tombent elles par la gravité à l'arrière des tiges engagées dans l'enclenchement et qui contrarient l'ouverture par écartement. Il faut donc bien choisir l'axe de renversement pour ne pas déranger l'ordre de la branche ouverte sinon les masselottes entrent en mouvement et referment l'enclenchement à nouveau.

 

Un exemplaire du commerce en plastique moulé


 

 

La branche inférieure

 


A gauche l'état des masselottes avant rotation à droite l'état après rotation. Pour conserver la position des tiges le renversement doit se faire en conservant l'axe horizontal de cette branche inférieure

 

 


La branche supérieure


 

A gauche l'état des masselottes même après une rotation, à droite l'état des masselottes après renversement de la croix en l'attrapant par l'extrémité de la branche supérieure.


Le retournement se fait en conservant la branche inférieure à l'horizontale c'est l'unique manœuvre qui permet la deuxième rotation et la libération du mécanisme.






Il faut continuer vers l'arrière


Ce casse-tête a vu sa première mise sur le marché en 1981 par Puzland Hikimini au Japon, l'idée initiale datait de 1910 par Johnny Walker qui utilisait déjà la force centrifuge pour ouvrir un casse-tête « trick matchbox » dont le principe a été breveté par un autre, Herbert Taylor la même année.


Fabrication


Chaque branche peut être fabriquée en bois dur débitée dans un carrelet (exemple de côtes pour du 20*20mm) en trois morceaux qui sont d'abord percés puis assemblés par collage après avoir positionner les masselottes et tiges d'enclenchement.
L'astuce pour éviter le glissement du collage lors du serrage : Il suffit de planter deux petites aiguilles dans le bois de la demie-branche et de les couper en laissant un petit dépassement qui va se planter dans la face opposée de la pièce d'extrémité et empêche de glisser pendant le serrage.


Pour chaque branche:

2 pièces collées à chaque extrémité

 

1 demi-branche en 2*2 cm et 14 cm de long


Les masselottes et tiges d'enclenchements sont en métal rond (étiré) de 10mm de diamètre et font 19mm de long pour les masselottes qui fonctionnent en gravité et 52mm pour les tiges d'enclenchement les bords des deux extrémités sont chanfreinés pour faciliter le glissement.

 

La vidéo:


Une variante avec un verre à évasement inversé et des baguettes. La profondeur empêche d'atteindre la croix avec les doigts et le diamètre ne permet pas la sortie de la croix montée.
Le renversement est beaucoup moins aisé et devient une épreuve d'adresse.
Une astuce pour faciliter les manipulations entourez un élastique à chaque extrémité des baguettes.


Je vous laisse le plaisir de trouver la méthode de remontage dans le vase. (Pas si facile que ça en a l'air)


Une adresse pour le commander cette variante difficile à fabriquer en raison du vase en verre.
Chez Eureka 3D  la bouteille N°3

 

Une autre variante sans vase mais avec un cadre autour:

 




02/01/2010
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Loisirs créatifs pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 107 autres membres